logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Chronique des fleurs sauvages

La chronique propose de découvrir ou mieux connaître les fleurs sauvages de nos environs. Certaines sont rares, d’autres possèdent des propriétés médicinales intéressantes, d’autres enfin sont simplement belles.

Nous survolons ainsi un patrimoine « nature » qui mérite d’être admiré et respecté.

Article mis en ligne le 13 décembre 2018
dernière modification le 28 juillet 2018

par ROMAN Alain

Calament à grandes fleurs

Famille : lamiacées – Floraison : fin juin.

Cette plante vivace de 20 à 50 cm de haut, à odeur de menthe, possède une tige unique. Les fleurs, de couleur rouge pourpre, sont tournées du même côté au bout d’un long pédoncule. C’est une plante de moyenne montagne (entre 1000 et 2000 mètres) associée au hêtre, au sapin, voire au mélèze. On la trouve en situation ombragée. Relativement commune, elle est visible dans les forêts environnantes de Séderon. Quelques rares exemplaires se trouvent dans les haies ombragées du quartier des Iscles.

Linaigrette (ou jonc à coton, ou oreiller du pauvre)

Famille : cypéracées – Floraison : juillet

Bien que ne figurant pas dans le canton de Séderon (du moins à ma connaissance), cette plante est assez rare pour en signaler une importante colonie à proximité du col St Pierre au-dessus d’Eourres. Fréquentant les marécages acides de nos proches Alpes, il est étonnant de la trouver dans un vallon argilo-calcaire, à une altitude assez basse, où circule une belle source. De 10 à 40 cm de haut, elle présente une houppe cotonneuse du plus bel effet.

Saponaire de Montpellier (ou saponaire rose, ou faux basilic)

Famille : caryophyllacées – Floraison : mai/juin

Petite fleur vivace, velue, de 10 à 40 cm de haut, formant des touffes assez lâches. Tiges plus ou moins rampantes avec des rameaux redressés. Petites fleurs roses formées de 5 pétales. Habitat : rochers, talus pierreux, bords des routes en situation ensoleillée.

Propriétés médicinales : expectorant, diurétique, purgative et cholagogue. Les feuilles et les racines peuvent s’employer pour la lessive (détergent). Le rhizome est utilisé en décoction lors d’affections respiratoires. Tous les médecins de la Grèce antique faisaient un grand usage de la saponaire.

On peut admirer de grandes touffes au début du col de la Pigière, à gauche de la chaussée en direction de Sisteron. Cette plante n’étant pas en danger de raréfaction, on peut se permettre d’en prélever quelques exemplaires destinés à une rocaille de jardin. Pour cela, je conseille de prendre de jeunes exemplaires car la racine pivotante est très longue et difficile à extraire sans dommages chez les sujets âgés.

Nigritelle de Rellikon

Famille : orchidacées – Floraison : fin juin

Cette petite orchidée montagnarde (10 à 15 cm de haut), de couleur rouge et de forme conique, est très rare dans notre région. D’après les ouvrages spécialisés, elle ne devrait même pas y figurer ! Je ne connais qu’une seule station à proximité de Séderon, sur la pelouse sommitale de Mare, côté Nord. Par contre elle est assez commune dans les proches Alpes (1000 – 2500 m d’altitude).

Lis martagon

Famille : liliacées – Floraison : fin juin, début juillet

Magnifique plante vivace à bulbe, haute de 50 à 120 cm. Tige dressée avec fleurs rouges, roses et même orangées, tournées vers le sol. Six étamines saillantes de couleur jaune-orange. Les fleurs se trouvent en grappe lâche au sommet de la tige (5 à 10 fleurs). Cette plante est visible, en situation ensoleillée ou à miombre, dans les forêts environnantes de Séderon. Une belle population (tendant toutefois à se raréfier) existe dans une cépée à l’Est de la montagne de Buc. Sur Séderon, quelques rares exemplaires se trouvent le long du sentier vers la montagne du Taï, au dessus de la source de la Méouge.

Cette plante reste rare, menacée par une cueillette excessive et irresponsable. Elle est protégée dans de nombreuses régions françaises.

Texte et photos Alain ROMAN

Soutenir par un don