« La Cuisinière Provençale »
Article mis en ligne le 1er juin 2018
dernière modification le 31 décembre 2019

par REBOUL Jan-Baptisto

Complément au Cantoun provençau

Des écrits de Frédéric Mistral… jusque dans un livre de cuisine de Jean-Baptiste REBOUL !
(Tacussel Éditeur, à Marseille)
© Essaillon
AVERTISSEMENT




La sixième édition venait à peine de paraître que, de l’avis

de la plus illustre autorité provençale, le livre, bien que d’une

utilité incontestable, renfermait encore une lacune.

Répondant à l’envoi d’un de nos exemplaires, voici ce que

nous disait notre vénéré Maître Frédéric Mistral :

… Mi coumplimen e gramaci pèr aquelo edicioun nouvelo

de vosto Cousiniero Prouveçalo, qu’avian déjà sus noste fou-

gueiron e que rejougnerai dins la biblioutèco dou Muséon

Arlaten. A la bono ouro ! Vivo aquéu libre goustous, que fai veni

l’aigo a la bouco et qu’es mai util segur que li très quart d’aquéli

que fan gemi la presso ! ... ...

... ... tant soulamen, a l’édicioun setenco, oublidès pas de i’ apoun-

dre li nom provençau.

« La Cuisiniero Prouvençalo dèu pas renega sa lengo »

[… Mes compliments et remerciements pour cette nouvelle édition

de votre Cuisinière Provençale, que nous avions déjà sur notre po-

tager et que j’ajouterai à la bibliothèque du Musée

Arlaten. À la bonne heure ! Vive ce livre savoureux qui fait venir

l’eau à la bouche et qui est certainement plus utile que les trois-quarts

des livres qui font grincer les presses d’imprimerie (sont édités) ! ...

… cependant, pour la septième édition, n’oubliez pas d’ajou-

ter les noms provençaux.

« La Cuisinière provençale ne doit pas renier sa langue »

----
© Essaillon

Venant de si haut, ce conseil était pour nous un ordre que nous sommes heureux d’exécuter dans cette édition. Nous joignons donc au titre de nos recettes et à nos termes techniques la traduction provençale demandée par le Maître. Quoique venant un peu tard, cette nouvelle amélioration n’en sera pas moins bien accueillie, espérons-le.

N.-B. : Bien que Varois et habitué dès notre enfance à notre dialecte local, nous adoptons dans notre traduction l’orthographe Mistralienne.

J.-B. R.