accessibilité
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

La boulangerie Imbert
Article mis en ligne le 2 janvier 2018
dernière modification le 3 janvier 2018

par DOL Régine

La boulangerie de mon grand-père Fernand Imbert a été créée dans les années 1923, dans une maison qui appartenait à sa famille. En premier lieu, il avait fait construire un four par un spécialiste. C’était un four avec une voûte en pierre et sur le devant une lourde porte en fonte

La maison Imbert
Le four

Il était placé au fond de la maison et devant, donnant sur la rue, se trouvait un petit magasin dans lequel prenaient place un comptoir, une panetière, des étagères, le tout en bois. Sur une table trônait l’incontournable balance à plateaux qui permettait de peser le pain (à l’époque le pain se vendait au poids). C’est ma grand-mère Augusta qui en était chargée.

C’est vers 5 heures du matin que Fernand commençait à chauffer son four à l’aide de fagots (soit de genêt, soit de petit bois) qu’il entreposait dans une remise à côté de chez lui.
Il lui fallait à peu près 6 fagots de genêt pour faire une fournée. Lorsque le four était bien chaud, il enlevait le charbon de bois restant. Celui-ci était revendu aux particuliers qui s’en servaient pour faire leur cuisine (rien ne se perdait à l’époque  !). Ce charbon de bois était aussi appelé...


… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.