Les œuvres de Pascal Fils, ébéniste et cadranier, à Séderon
Article mis en ligne le 23 juillet 2018

par POGGIO André

En visitant notre église paroissiale, on peut se demander quel était l’usage des stalles et des bancs imposants qui entourent le chœur ; et se douter que de telles places, si près de l’autel, n’étaient pas en libre accès. De nombreuses églises possèdent le même mobilier, qui est sans doute le dernier témoin d’une ancienne institution, la fabrique [1] :

« Avant la Révolution, les stalles étaient réservées aux personnalités religieuses et laïques de la paroisse… En 1806, il est décidé que les stalles de droite seraient réservées au maire, à son adjoint et au commandant de gendarmerie. Celles de gauche sont en revanche attribuées au juge de paix et à ses suppléants. Pour les stalles disposées de chaque côté du chœur, les trois premières sont réservées aux membres du bureau de la fabrique, les autres au clergé » [2]

Les membres du conseil de fabrique, les marguilliers [3], prenaient place dans ces bancs lors des diverses cérémonies religieuses.

Les deux grands sièges qui se font face, avec des panneaux dorsaux de plus grande hauteur et des accoudoirs ouvragés, étaient sans doute réservés au clergé et au Président du Conseil de...


… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.