logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

L’agenda de l’année 1923 – Bernard Marcel
Article mis en ligne le 23 juillet 2018

par BERNARD Marcel

Dixième partie – du 6 au 28 août

Le jardinage occupe presque tout le temps de notre le meunier : arrosage et cueillette. Tous les 4 ou 5 jours, il nettoie la porcherie et « apaille ses cochons ». Il va même vendre la truie. Il vend aussi régulièrement sa production d’œufs, des légumes.
Il a le temps de penser à Gabrielle – mais pas de visite, juste une lettre.
Et chose exceptionnelle, il va nous parler du temps (météorologique) : on se doute que l’orage du 24 août a été particulièrement violent pour qu’il soit noté dans l’agenda ! ou simplement pour signaler la fin de la pénurie estivale d’eau. Car le moulin n’a tourné qu’une seule fois avant l’orage, lorsqu’il a mouliné 8 kilos de maïs pour nourrir son « bétail ».
Le Lilet coupe sa lavande ; petite production, les plantations sont faites sur de très petits espaces, au milieu du jardinage – mais la récolte vaut son prix : le courtier l’achète 80 centimes le kilo !

Lundi 6 août
Le matin : je vais chez Pellat Emmanuel pour y moissonner son avoine. Le père Bontoux me paye une douzaine d’œufs 4 fs et 2 k d’haricots verts qu’il me devait d’auparavant.
Le soir : je vend 5k de pommes de terre à 50c. le kilog. 2k d’haricots verts à 2fs le kilog. 6 œufs à 4fs 50 la douzaine, un petit potiron 25 centimes et pour 1f de carottes le tout à Martial Gabert.
Puis : je vais à la prise d’eau pour reboucher un peu le barrage
Recettes : 18 francs

Mardi 7 août
Le matin : j’arrose tous mes haricots près de l’écluse en face du séchoir
Le soir : je vais finir de couper l’avoine de Pellat Emmanuel, je lie les gerbes et j’y fais le gerbier

Mercredi 8 août
Le matin : avec mon gros sceau et mes 2 petits arrosoirs, j’arrose mes 24 plantes de courge en dessus le pré de Morin et près de l’écluse ainsi que mes 10 plantes de potirons contre la terre de C. Beauchamp
Le soir : Je repasse les haricots que j’ai arrosés hier matin

Jeudi 9 août
Le matin : je retourne arroser de nouveau, avec les mêmes récipients, les mêmes courges et potirons que j’ai arrosés hier matin avec en plus les deux raies d’haricots à rames contre les potirons et les 10 plantes de potirons de Casimir Beauchamp
Le soir : j’arrose 10 kilogs de pommes de terre early roses du kilog. que j’avais fait venir de chez Vilmorin avec ma dernière commande de graines

Vendredi 10 août
Le matin : à la prise d’eau pour aller reboucher le barrage puis : à Séderon pour aller chercher 4k. de pain long chez Espieu et y payer celui que j’y devais d’auparavant s’élevant le tout à 10fs
En arrivant : je ramasse 5k. d’haricots verts pour David Bonnefoy
Le soir : je nettoie la porcherie et j’appaille les cochons
Puis : j’arrose le pêcher de devant la porte d’entrée ainsi que 2 tilleuls Je coupe de l’herbe avec le tranchet autour de l’écluse près du saule jaune Je vend 2k. de pommes de terre early roses à Léon Borel à 50 cent. le kilog.
Recettes : 1 f
Dépenses : 10 fs

Samedi 11 août
Le matin : j’arrose les potirons et les 2 raies d’haricots contre la serre de Beauchamp ainsi que mes haricots St Fiacre à grain gris
Le soir : je coupe 2k.500g. de lavande contre la terre de Bruis J. et j’arrose tous mes haricots près de l’écluse en face du séchoir
Je vend 6 œufs un peu vieux à Paul Lombard qui me les payent 4fs la douzaine
Recettes : 2 fs

Dimanche 12 août
Le matin : j’arrose tout le jardinage que j’ai entre le chemin et le pré de Morin et la terre de Bruis
Le soir : je paye un billet à ordre que nous avions souscrit avec mon pauvre frère le 1er août 1909 à la veuve Flavie Doux et s’élevant à la somme de 81 fs intérêts de 9 ans compris
Je vais à Séderon porter 2 douzaines d’œufs aux gendarmes qui me les payent 4fs 50 cent. la douzaine.
Je rentre 12k. de fourrage coupé avant-hier soir avec le tranchet
Recettes : 9 fs
Dépenses : 81 fs

[La banque, en ces temps-là, c’étaient surtout des prêts entre particuliers. Pour la veuve Doux, l’affaire n’a pas dû être très rentable : le franc de 1923 était bien loin de la valeur du franc 1909.
Quant au pauvre frère, Fabien, il était mort le 2 juin 1912, à l’âge de 24 ans - voir le petit article « Une famille de meuniers, les Marcel  » - Trepoun n°53 Décembre 2012.]

Lundi 13 août
Le matin : je repasse tous les légumes que j’ai arrosés ces deux derniers jours
Le soir : je vend un kilog. de vieux journaux (1f.25) une douzaine d’œufs (4fs 50) et 2k. de pommes de terre le tout à la meunière qui m’apporte 35k. de gros son et j’y paye les 15k. que j’y devais le tout s’élevant à 27fs 50
Je lave 2 chemises, 1 caleçon, un tricot de dessous et 2 ou 3 mauvaises paires de chaussettes ainsi que mon tablier en coutil
Recettes : 7 fs 25
Dépenses : 27 fs 50 c.

Mardi 14 août
Le matin : je coupe 12k. d’herbe avec le tranchet contre l’écluse sous les pruniers Le soir : je nettoie la porcherie, j’entasse le fumier dans la crotte et je coupe des roseaux pour l’appaillage des cochons

Mercredi 15 août
Le matin : je nettoie ma chambre et ma cuisine puis : je vais à Séderon pour porter une douzaine d’œufs à la receveuse des Postes qui ne veux me les payer que 4 fs, puis je me fais raser 40 c. et je prend une bouteille de pétrole chez Constantin 1f. 35
Le soir : je vais me promener jusque chez Bordel Adolphe au Gros-Noyer à Vers
Recettes : 4 fs
Dépenses : 1 fs 75

[Le 15 août, sans être vraiment festif, est un peu plus reposant – le meunier prend le temps du rasage et de la promenade]

Jeudi 16 août
Le matin : je coupe une vingtaine de fagots de roseaux dans l’écluse et je ramasse 2k. d’haricots fins pour le fils de monsieur Pous, le percepteur
Le soir : je prépare un paquet de 1300g. que je remet au facteur pour expédier par la poste à Henri Cérés 55 boulevard des Brotteaux à Lyon

Vendredi 17 août
Le matin : j’arrose tous mes haricots près de l’écluse en face du séchoir
Le soir : j’aide à Daniel Girard pour curer le canal en face de son pré qu’il a près de la grange de Pellat Emmanuel
Le père Bontoux me paye une livre d’haricots verts 90 c.
Recettes : 90 cent.

Samedi 18 août
Le matin : j’arrose les 2 raies d’haricots à rame et les potirons contre la terre de Beauchamp
Le soir : je ramasse douze kilos de lavande dans les pommes de terre entre l’écluse et le chemin du Paraire. Je nettoie la porcherie et j’appaille mes cochons
Le percepteur m’apporte le dernier trimestre de ma pension échu depuis le 20 juillet dernier et s’élevant à 389fs 50 c. et il me paye 11fs 90 cent de légumes divers
Recettes : 401 fs 40 c

Dimanche 19 août
Le matin : je repasse tous les haricots près de l’écluse en face du séchoir puis je vais à Séderon porter une douzaine d’œufs au brigadier de gendarmerie que j’y compte 4 fs
Je règle pour 9fs 50 de pain chez Espieu et pour 120 fs de diverses marchandises à Elie Constantin ferblantier
Je porte 1k. d’haricots verts à Agnès Girard (1f. 75c.) et j’y prend pour 2fs 70c. de viande d’agneau Paul Lombard me paye pour 2fs de pommes de terre
Recettes : 7 fs 75 c
Dépenses : 138 fs 20 c

Lundi 20 août
Le matin : j’arrose tous les haricots (moins 2 raies) qui sont près de l’écluse en face du séchoir et j’arrose encore avec les sceaux les courges près de l’écluse juste en dessus le pré de Morin
Le soir : je vais couper de l’herbe du canal avec le tranchet entre le gros peuplier et la martelière de Girard
A la veillée : je fais une lettre à Mademoiselle Gabrielle Gabriel à Laborie

Mardi 21 août
Le matin : je vais curer le canal à l’endroit ou j’ai coupé l’herbe hier soir entre la prise d’eau et ma grosse martelière
Le soir : Elie Lambert me vient faucher une quarantaine de kilogs de regain que nous rentrons de suite tout frais

Mercredi 22 août
Le matin : à la prise pour faire un gros fagot de bois mort et lier l’herbe que j’ai coupée avant-hier soir à la cime du pré de Girard
Le soir : j’aide à Pellat Emmanuel pour y venter 25 doubles-décalitres de blé avec mon ventilateur

Jeudi 23 août
Le matin : j’arrose tous légumes entre le chemin et le pré de Morin
Je vend 18 œufs à Monsieur Canton à 4fs 50 la douzaine
Le soir : j’arrose mes choux et le pré de contre l’écluse puis je nettoie la porcherie et je cure un peu le canal (du fuyant)
A la veillée : je fais moudre 8 k. de maïs et seigle pour mon bétail
Recettes : 6 fs 75

Vendredi 24 août
Le matin : je vend mon cochon femelle à Henri (dit Pelon) de Lachau pour le prix de trois-cent-cinquante fs puis : je vais curer un peu le canal en dessous la grange d’Emmanuel
A 11 heures : il tombe un violent orage de pluie
Le soir : je vais aider à Emmanuel pour venter une quinzaine de doubles décalitres de blé et presque autant de Monsieur Chastel
Recettes : 350 francs

Samedi 25 août
Le matin : je fais moudre 74k. de petits pois à Clovis Raspail et 80 k. de blé à Adolphe Bordel
Je vend une livre de belle épeautre 1f.75 cent. le k.
Le soir : je nettoie le petit canal contre l’écluse sous les pruniers
Je vend un poulet pesant 900g. à Mr Fregière pour le prix de 7frs 50
Recettes : 15 fs 50 cent.

Dimanche 26 août
Le matin : A Séderon pour m’aller faire raser et tailler les cheveux (1f.).
Je paye 8k. de pain à Espieu dont 4 k. à 1f.25 et l’autre à 1f10 le kilo
Emmanuel me paye mes 14k. de lavande à 80c. le k. et la veuve Jullien la mouture de son huile s’élevant à 9 fs. J’achète pour 2fs 25 de viande de veau chez Moutin, pour 60 cent. de soufre chez Jarjayes, un k. de raisins chasselas 2fs 25 et une douzaine de têtes d’ails 2fs chez Cassan de Montbrun
Bernard Sully me paye une poule 10fs et pour 5fs de légumes et moi j’y devais 8fs d’une paire de chaussettes
Le soir : je fais moudre 72 k. de grain pour Pascal Camille
Recettes : 35 fs 20
Dépenses : 25 fs 50

Lundi 27 août
Le matin : je fais moudre 72k. de blé et orge mélangé pour Pascal Camille
Le soir : je fais encore moudre 61 k. de blé pour Amédée Bordel puis je vais aider à Emmanuel pour venter son blé
A la veillée, je fais une lettre à Henri Cérés 55, boulevard des Brotteaux à Lyon

Mardi 28 août
Le matin : je fais moudre 71 kilogs de petits pois pour Gilly Barthélémy
Le soir : je fais encore moudre 64 k. de pois pour Clovis Raspail
A la veillée : A Séderon pour porter une poule à Sully Bernard et régler mon pain chez Louis Moullet s’élevant à dix fs
Dépenses : 10 fs

[Fin de la 10e partie]

Soutenir par un don