accessibilité
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Séderon et son canton, un haut lieu de la production de lavande fine au cours du XXe siècle
Article mis en ligne le 1er juillet 2019
dernière modification le 21 juin 2019

par JOURDAN Jean-Pierre

Le territoire de la commune de Séderon et de son canton fut un « haut lieu » de la production de lavande fine au cours du XXe siècle.

Ainsi en atteste les chiffres publiés par l’Office Régional Agricole du Midi dans un ouvrage intitulé « L’Agriculture du Département de la Drôme » (AM Desmoulins – 1925) sous la plume du Professeur d’Agriculture Th. Dumont, de Nyons :

 Importance de la production de la lavande dans la Drôme.

Le département de la Drôme est le plus gros producteur de la lavande en France. On évalue à 16000 hectares la surface des lavanderaies naturelles non cultivées et à 250 hectares celle des lavanderaies artificielles. La production, en bonne année moyenne, est de 30.000 kilos d’essence. Elle a été de 45.000 kilos en 1922 qui fut une année exceptionnelle. Sa répartition est approximativement la suivante :

Arrondissement de Nyons (cantons de Séderon, Rémuzat)
kilos (1)
Buis-les-Baronnies et Nyons, par ordre d’importance décroissante
15 000
Arrondissement de Die (cantons de Luc-en-Diois, La Motte – Chalancon, Bourdeaux, Saillans, Châtillon-en-Diois)
12 500
Arrondissement de Montélimar (cantons de...

… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.