logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

L’Educacioun d’un Felibre
Article mis en ligne le 1er août 2016
dernière modification le 2 août 2016

par BONNEFOY Octave

Estènt pichoutet, chasque dimenche, moun brave paire me menavo dins ma chambreto ounte penjavo à la muraio un bèu retra de Mistral, em’ acò, me boutant uno man sout lou quiéu e l’autro souto lou bras m’aubouravo vers lou Mèstre e me ié fasié faire uno poutouno : « car li poutoun de la jouvènço me disié, à soun cor sèmpre fan de bèn, saup que quau l’amo à la Prouvènço ié restara fidèu toustèms » ; e m’esquichant subre soun pitre me fasié ’no douço brassado e countuniavo : « siés un bon ome, coulègo ! vai, lou Mèstre a senti toun poutounet. Vé ! regardo, es tout esmóugu ; siéu segur qu’à Santo-Estello ié demandara de te faire felibre. »
Chasco fes que nous charravo dóu Mèstre, moun brave paire èro plus lou meme ; sa caro s’aluminavo, sis iue desboundavon d’amour, e, coume d’un sourgènt, de sa bouco eisadaman s’avenavo la paraulo.
« Mistral, nous disié, es noste Mèstre, noste diéu e noste paire bèn-ama. De la Prouvènço n’es lou rèi e, coume tau, l’amo e lou venèro tout lou pople, e dins soun cor lou tèn rejoun, e lou porto sus la paumo de sa man.
Despièi que canto nosto patrìo estelado, noste gai soulèu, nòsti crèire, e nòstis us, lou gàubi de nòsti rèire, e la bèuta de nòsti chato, e l’amour de noste sòu : despièi que nous dis que sian d’uno raço antico e valènto, de tout tèms sèmpre libro, se sian avisa qu’erian prouvençau, que nosto lengo armouniouso èro bèn nostro, e, sènso vergougno, se sian mes à la parla mounte que siegue, se sian auboura de touto nosto taio, e, pèr miés vèire lou grand Mèstre, avèn leva la tèsto e camina lou front aut ! Ah ! moun bèu drole, moun brave Tatavo, se poudiéu te dire ma fierta d’èstre prouvençau, d’ausi lou Mèstre e de lou coumprene. Aquel ome, te dise, dins moun cor a mes lou paradis e moun bounur finira jamai abord que moun amo, sèmpre, me cantara la melico de soun obro. »
Em’ acò, tant èro esmóugu moun brave paire, que sis iue se bagnavon de lagremo de joio.
E iéu l’escoutave, atentiéu, e pensave : qunte ome dèu èstre aquéu Mistral, pèr que moun paire l’ame tant e nous en digue tant de bèn ! Que daumage que siegue tant luen e que noun posque l’embrassa pèr de bon !
Se passavo pas jour que noun m’aplantèsse davans soun retra e dóumai l’amirave, dóumai m’agradavo.
Pièi quand mi moustachouno coumencèron de baneja, quand aguère legi Mirèio e Calendau, alor tau que me l’avié fa vèire moun paire, m’apareiguè lou Mèstre, e, plen d’estrambord, d’amistanço e de fe, me traguère dins si bras e, de cor e d’amo, à n’éu me ié dounère.
Ai-las ! aro que tóuti lou plouran, à Diéu ié demande, chasque vèspre, qu’à brand ié duerbe li porto de soun sant Paradis e, dins ma trencado, la niue, quand n’ai lou tèms e que m’endorme dóu lassige, Santo-Estello m’emporto alin dins ma chambreto ounte es toujour soun bèu retra. Alor, mountant sus uno cadiero, quite moun casco, e, coume quand ère pichounet, emé grand respèt, ié fau un dous poutoun.
« Siés un brave drole, me dis, siegues toujour fidèu à Prouvènço, moun bèu ! Amo-la pèr dessus tout e lucho emé courage e tenesoun pèr nosto bello Franço. Vai, te lou dise, iéu, es procho l’ouro de la Vitòri !… »

Octave BONNEFOY-DEBAÏS

Lire la traduction

On sait peu de choses sur Octave Bonnefoy-Debaïs, sinon qu’il était le fils du félibre séderonnais Alfred Bonnefoy-Debaïs. Né en 1895 à Alfortville (Seine) où résidaient alors ses parents, il fit partie de la génération prise dans la tourmente de la guerre. Il venait d’avoir 22 ans quand il fut « porté disparu, présumé prisonnier » le 4 mai 1917 à Berméricourt (Marne). Présumé prisonnier signifiait seulement que le corps n’avait pas été retrouvé. Un jugement du 4 novembre 1921 l’a déclaré « mort pour la France ».
Écrit dans les tranchées en souvenir de Mistral, mort en 1914, fortement marqué par l’image paternelle, le texte ci-dessus figure dans l’anthologie des félibres morts à la guerre de 1914-18 publiée dans la revue Calendau.
[Calendau, no 30, jun 1935, p. 168-169., avec la référence : Gazeto Loubetenco, 25 de mars 1916.]
[Également publié partiellement dans RIXTE, Jean-Claude. Anthologie de l’écrit drômois de langue d’oc. Volume II, XIXe-XXe siècles. Puylaurens : IEO edicions ; Montélimar : Daufinat-Provença, Tèrra d’Òc, 2004, p. 312.]
qrcode:https://essaillon-sederon.net/L-Educacioun-d-un-Felibre

Soutenir par un don