Le car Mandon, ligne Séderon-Sisteron
Article mis en ligne le 1er juillet 2019
dernière modification le 21 juin 2019

par sandy-pascal
Les paragraphes qui suivent sont extraits du livre « La Sorbière, Réfugiés piémontais et espagnols en Haute – Provence » [Alpes de Lumière – Forcalquier – 2005]. L’auteur, Pierre Pasero, a construit son livre autour des souvenirs de ses grands-parents et parents que les événements économiques et politiques des années 1920-1939 firent arriver un jour à Montfroc, les uns venant du Piémont et les autres d’Espagne Il nous a aimablement donné l’autorisation d’en reproduire des passages.

Si le titre parle de Haute-Provence, en fait tout se passe à Montfroc. De Montfroc à Séderon, il n’y a pas loin. Surtout lorsqu’il s’agit de la ligne de car…

C’est un soir de février 1939 que des réfugiés espagnols arrivèrent à Montfroc. Une vraie journée d’hiver, froide, sans soleil ; à la nuit, la neige avait fait son apparition par petits flocons. Le maire avait prévenu les habitants, qui avaient dressé pour l’occasion une grande table dans un local à l’entrée de La Bégüe. Ils avaient préparé de la soupe et mis des couverts.

Le car arriva de nuit de Séderon, où il avait déposé un premier groupe de réfugiés dans lequel se trouvaient Thomas et Paquita...


… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.