Séderon sous roches
Article mis en ligne le 13 décembre 2018
dernière modification le 29 juillet 2018

par CHARROL Jean-François

Un jour de mars 1933, de grands bruits pouvant correspondre à un éboulement de roches se firent entendre au hameau de Rivaine.

Monsieur Quenin père, chef cantonnier des Ponts et Chaussées, étonné par ces bruits anormaux, sorti de son appartement afin de découvrir l’origine de ces grondements.

Dans un rayon de lune, comme il le raconta au journal « le Petit Dauphinois » il vit des tourbillons de poussière jaunâtre, laissant supposer un effondrement de roche de la montagne du Crapon.

Il fit part de ses craintes à son propriétaire, monsieur Chauvet, lequel possédait une ferme au pied de cette montagne.

Le lendemain qui était un jeudi où j’étais libre de toute obligation scolaire, je me joignis à la foule à la fois curieuse et inquiète de ces événements dont la rumeur s’était répandue.

Bon nombre de personnes s’engagèrent sur le chemin de Baïs pour tenter d’évaluer les dégâts. Une partie de la ferme avait les murs défoncés. Comme je suivais les curieux, je découvris avec eux la chambre effondrée où logeait la fille Chauvet....


… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.