logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Lou Trepoun 16
Moun coulège adieù !
Article mis en ligne le 26 septembre 2013
dernière modification le 13 décembre 2014

par collectif
Connaître et garder une culture

Trois élèves de 3e du collège Miramaris à Miramas : Nadège G***, Samira El A*** et Nora H*** ont suivi les cours de provençal pendant quatre ans. Cette année, elles ont participé au concours régional de culture sur la langue d’oc. Elles ont élaboré un texte et Nora fut désignée pour le présenter sur cassette. Le texte fut retenu et Nora a obtenu un prix qu’élèves et professeur sont allés chercher à Marseille à l’Hôtel de Région.
Habiter en Provence, aimer la Provence n’est-ce pas aussi faire un effort pour conserver cette langue dans le patrimoine culturel ?
« Que ten la lengo, ten la clau » disait Mistral. Bravo donc à ces trois élèves volontaires.

Suzanne Jouve
Professeur au collège de Miramas
Moun coulège adieù !

O moun coulège, que quatre annado de tems, ma vido se ié debanè... Pancaro t’ai leissa que deja me siès de manco ! Ti classo, ti courredou, tan de cop lis ai treva que de cor li couneisse ! Ta court, ta salo d’intrado... meme lis iue barra li poudrieú traversa...

Eh bèn vo ! Falié bèn qu’à la perfin tout s’acabèsse ansin ! Ti galejado de vers li proufessour... li pichot devè courtet e facile... acaba !... Aco, noun tournara plus...

Se vers tu, Liceù, m’adraie emè fierta, dins moun pitre pamens, sente que n’ai un bate-cor !...

E quouro ié pense, me semblo qu’es d’aier que sieù intrado en seisenco ! que me sieú amigado bèn talamen qu’aven farga uno amista vertadiero e founso !

E dire que sieú aro en tresenco ! La classe la mai auto et la mai respetable !

E vaqui que dins rèn que quauqui mes, aurai de dire adieù en tout acò ! Meme s’es ben verai que quàuqui fes ai pouscu crida : « de ma vido iè metrai plus li ped ! ».

Aqueù coulège, lou bahut coume disen nautre, per biais d’amistouso trufariè, es lou liò que i’ai grandi, estudia, travaia que i’ai après forço causo e pamens fa forse peù de rire !...

Souventi fès, ai pantaia que, de bon, ero mieù tout entié de la permanènci au C.D.I., passant per la cantino. Me iè permenave souleto e vivieù tournamai en sounge lis ouro marquanto d’aquèli darrièris annado : n’aviè forso, de tras que bono, gaire de marrido.

Ta bastisso, ti mur, tis escaliè... n’en sarai regretouso, es ben segur... Pamens, de quant mai me desfautaran l’atmousfèro de ti cous, tant plasento e agradivo : lis imour di proufessour, bono o marrido, mai que li sabian recouneisse franqui lou lindau... e li trufarié di cardacho ! Elian, sempre lest per engimbra de farcejado e per empura la classo e nous bouta touti en aio ! Vincente, doú riset loúgié e subre-agu mai que sa mino angelico escoundié pamens quaùqui defaut ! Samira, mai elo ! Pense que ié fau leú-leú s’ana faire veire d’oú mege fin qu’assaje d’apasina lou ruscle d’ativeta inteleitualo que la tafuro !

Adieù en nosti « bourreù » qu’an per escais-noun, proufessour. Adieù au proufessour de fisico que poudra enfin garda li quatre peú que iè soubron, que s’a plus ges de peno per se penchina... s’apren bèn à nautre ! Adieù au proufessour d’angles emai à si leiçoun de mouralo passado de mode, dins lou biais de : « Enfin, es voste tèms que degaias à barjaca coume d’agasso ! Un jour n’en sarès regretous ! »

Adieù lou proufessour de musico, d’esport, d’istori... que toùti à chacun, degrinavon lou meme capelet de recoumandacioun !... Es emé lou proufessour de francès que lou mai s’espounpissian, nous chalant d’un estudi de teste o entre dos leiçoun de gramatico, tant l’ouro se passavo dins l’amistanço e l’estrambord !...

Tout acò, reuni dins un meme souveni : bastisso, escoulan, mestre, es un tros de vido qu’a passa, de nosto vido, uno pajo que sé vai vira e ieù sourrire in bouco, mai de lagremo plen lis iue te leissarai, o moun coulège per m’enana vers lou liceù.

Pamens, un jour, lou sabe, tournarai per te veire, moun coulège.

Lire la traduction

qrcode:https://essaillon-sederon.net/Moun-coulege-adieu

Soutenir par un don