logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Lou Trepoun 42
L’Eglise de Séderon et le Père Du PONTAVICE
Article mis en ligne le 19 octobre 2013
dernière modification le 13 décembre 2014

par BARRAS Anne-Marie

Comme certains ont pu le constater, en ce qui concerne le bâtiment, les travaux de restauration de l’église de Séderon sont terminés : installation d’un chauffage, réfection de la toiture, de l’installation électrique, des enduits et des peintures intérieures.

Le suivi de ces travaux, pour la municipalité, a été assuré par Hélène RISPAL qui n’a pas ménagé sa peine. Quant à Max FOLCHER, maître d’œuvre pour l’intérieur, nous devons le féliciter pour le résultat de son travail.

Vous savez que la municipalité a chargé notre association du suivi de la restauration du retable, boiserie et tableau, ceci en relation avec Mme Laurence POMMARET responsable des AOA (Antiquités et Objets d’Arts) de la Drôme qui avait d’ailleurs effectué l’inventaire de l’église en 2004.

Mais cette restauration va prendre encore un peu de temps. Déjà longue par elle-même, elle est liée à des subventions de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) qui sont toujours attendues.

Nous espérons que 2008 verra le retour de ce retable. Mais son absence n’empêche pas l’église d’être « opérationnelle ».

Depuis bien longtemps ces travaux étaient projetés mais toujours d’autres imprévus devenaient prioritaires. Déjà en 1985, dans Contact, le journal paroissial, le père du Pontavice écrivait : « Si le projet pouvait être prévu pour 1986 ! Le curé se fait vieux ; il aimerait le voir réalisé avant de disparaître ».

Vingt ans plus tard, en 2006, ces travaux commençaient, mais il n’était plus là pour en voir le résultat et pour décider de certains choix.

A l’occasion de cette rénovation nous souhaitons donc que ne soit pas oublié le souvenir du Père Gilles du Pontavice, curé de Séderon depuis 1940.

Il avait quitté Séderon en décembre 1990 pour une maison de repos à Grasse, près de son frère, où il s’est éteint le 14 mai 1991. Il repose au cimetière de Solesme (Sarthe) dans le caveau de ses parents. Il est donc resté 50 ans à Séderon et a été le dernier curé occupant la cure dont le bâtiment a été transformé depuis.

Le père Gilles du Pontavice, par sa présence parmi nous durant un demi siècle, même si toutes et tous ne fréquentaient pas l’église, fait partie intégrante de la mémoire du pays et c’est à ce titre que nous voulions rappeler son souvenir à des générations de séderonnais qu’il a accompagnés à toutes les périodes de leur vie.

Mais il y a sûrement peu de personnes qui se souviennent de son arrivée, prêtre plein d’enthousiasme dans ce village au climat rude mais sain, vivant en 1940 d’une façon encore rurale et en ce début de guerre qui réservait de douloureux évènements à ses habitants.

On a probablement aussi oublié qu’il avait institué une distribution de « Bons de nourriture » pour des familles dans le besoin. Et qu’il payait les commerçants sur ses propres deniers.
Sa nièce, Madame de Montbron, à qui nous avions expédié des photos et des documents restés dans la cure et retrouvés lors de l’inventaire, avant la vente « en brocante » de ce qui restait, nous a envoyé quelques photos et des précisions plus personnelles.

Gilles, Marie-Joseph Du Pontavice, cinquième enfant d’une famille de six était né le 14 juillet 1904 à Saint Agil (Loir et Cher). Il était d’un caractère gai et espiègle. Il apprend à lire et compter à la maison avant d’entrer en 1910 au collège catholique d’Angers, puis en 1914 au collège St Grégoire de Tours, interne, avec ses deux frères.

Désirant ardemment être missionnaire, il commence son séminaire chez les Pères Blancs à Maison Carrée en Algérie. Mais d’une santé fragile il n’a pas supporté le climat et a fait son séminaire à Rome avant d’être ordonné prêtre à Solesme (Sarthe) où ses parents habitaient. Quelques temps professeur dans le diocèse du Mans, il demande à exercer dans une région au climat plus vivifiant et fut envoyé comme curé à Menglon dans le Diois puis au Buis où il restera six mois avant d’être nommé curé archiprêtre de Séderon en juillet 1940.

Le 14 août 1990, une messe célébrée par dix prêtres réunis marquait les 60 ans de prêtrise du père du Pontavice, dont 50 ans à Séderon. (Photo ci-contre)
Le compte rendu de cette cérémonie jubilaire en a été fait par le père Gilles lui-même dans « Contact » d’octobre 1990.

L’année suivante, le 18 mai 1991, était célébrée sa messe de funérailles dans l’église de Séderon, comme il l’avait demandé, en présence de Monseigneur l’Evêque entouré d’une quinzaine de prêtres, des membres de sa famille et de très nombreux paroissiens de Séderon et d’alentour.

Nous voulions aussi rappeler qu’un patrimoine ne se résume pas à la présence de vestiges du passé. Il comprend aussi les marques de la vie sociale.

Il se complète au fil du temps et des évènements, autour de tout ce qui a modelé la forme d’un lieu mais aussi le comportement et la vie de ses habitants.

Notre curé, Gilles Du Pontavice, homme d’église aux grandes qualités humaines a laissé sa trace à Séderon durant un demi-siècle.

Il fait maintenant partie intégrante du « Patrimoine Séderonnais ».

Eté 1951 Avec Melle Bourguignon
qrcode:https://essaillon-sederon.net/L-Eglise-de-Sederon-et-le-Pere-Du-PONTAVICE

Soutenir par un don