accessibilité
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Jean GIONO a hanté Barret-de-Lioure à de nombreuses reprises
Article mis en ligne le 1er décembre 2017
dernière modification le 30 décembre 2019

par PICRON Gilbert

De nombreux amis de Jean GIONO (P. CITRON, L. MICHEL, R. RICATTE, J. CARRIERE notamment), le célèbre romancier manosquin, ont minutieusement analysé l’espace géographique des multiples œuvres (littéraires, cinématographiques) qui ont fait la réputation de l’écrivain provençal.
Aucun n’a évoqué la possibilité de référence à Barret-de-Lioure… et pourtant.

Pourtant, GIONO lui-même aurait dû les mettre sur le bon chemin lorsqu’en 1965, dans ses interviews avec J. CARRIERE (J. CARRIERE, 1985), il raconte sa première escapade dans la Haute Provence, théâtre futur de ses œuvres.

« Eh bien, c’est une région qui a joué dans ma vie un rôle extraordinairement important par son mystère et par le moment où elle est arrivée dans ma vie. J’étais très jeune, je devais avoir 11 ou 12 ans (N.d.r. 1906-1907) quand mon père a eu un jour l’idée de me donner une liberté qui me permettrait de sortir des jupes de ma mère, comme il disait. Et il m’a dit : est-ce que ça ne te ferait pas plaisir d’aller faire une promenade tout seul  ? Je vais te donner cinq francs (environ 12 euros) et tu iras faire un petit voyage. Je te donne cinq francs et tu en retourneras le plus possible...


… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.