logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Forum de l’article

21-22 février 1944 - 10-15 août 1944 : Période de tous les dangers...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Rappel de la discussion
21-22 février 1944 – 10-15 août 1944 : Période de tous les dangers... / {Guy
BERNARD}
POUJOULAT Pierre - le 18 septembre 2013

Le 03/10/2007, Pierre POUJOULAT a écrit :

Ma mère, aujourd’hui disparue, m’avait parlé de ces événements.

Pour ce qui est de la prise d’otages de février 44, elle avait le souvenir qu’une jeune femme enceinte avait réussi à apitoyer le ou les gardiens de la colonne et à faire sortir son mari des rangs avant l’exécution du gendarme nouvellement nommé à Séderon.

Pour ce qui est du contrôle de police à l’arrivée du car de Sisteron, d’après elle, celui-ci aurait été effectué sur dénonciation, les allemands sachant très bien qui ils attendaient, en l’occurence Messieurs Touche et Kleber-Espieu. Celui-ci se serait présenté le premier au contrôle et l’aurait passé sans encombre. Il aurait été dénoncé sous le nom usuel dont les gens de Séderon se servaient pour le nommer (Kleber ou Espieu) nom qui ne correspondait pas à ses papiers d’identité. Voyant que son ami – dont la corpulence ou la santé lui interdisait de fuir – passait le contrôle, Monsieur Touche tenta le tout pour le tout et réussit à s’enfuir vers la Méouge.

Je ne sais – pour n’avoir jamais eu, par d’autres sources, confirmation de ces souvenirs – quelle est la véracité de ceux-ci.

Si vous aviez des éléments pour confirmer ou infirmer les souvenirs de ma mère, pourriez-vous me les faire connaître ?

Je pense que le massacre d’Izon – qui a pu par contrecoup, sauver une grande partie des otages de Séderon – est celui qu’évoque très brièvement le Général De Gaulle dans ses mémoires de guerre (édition Pocket, tome 2, p. 328).

Encore un grand merci, cordialement.

Pierre Poujoulat

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Abandon d’enfants
Peut-être des pistes de recherche dans ce document : "Ces êtres intéressants et infortunés : les (...)

Grivannes, Herboriste-Distillateur à Séderon
Bonjour, je possède ce fascicule mais sans pouvoir vous apporter de nouveaux éléments, j’aimerai (...)

Pérégrinations généalogiques et historiques
du livre d’arithmétique écrit par Louis Dethès en 1746
Bonjour Romain, cher petit cousin... Vous souvenez vous de Claude, Alain et de toute la famille (...)

Alfred Bonnefoy-Debaïs
FÉLIBRE DE SÉDERON
Bonjour en faisant la généalogie de mon époux ,j’ai retrouvé des BONNEFOY DEBAIS et je serais (...)

Notre-Dame-de-la-Brune
Il existe de nombreuses églises "Notre Dame la brune" ou "Notre Dame de la brune". L’origine de (...)

Soutenir par un don