Journal vengeur
Article mis en ligne le 3 janvier 2018
dernière modification le 8 mai 2018

par CHARROL Jean-François

Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs d’enfance à Eygalayes, je vois l’image du facteur Bontoux avec son képi bordé d’un galon rouge, sa canne se terminant par une pointe de fer, sa veste épaisse «  également bordée de rouge. Il faisait tourner fièrement sa canne tout en marchant, avec sur le dos un sac retenu par une bretelle.

Il était chargé de la distribution dans les fermes et hameaux, tandis que le facteur receveur de l’agence postale s’occupait du village.

Le facteur Bontoux armé de sa canne à pointe ferrée franchissait les fossés marneux allègrement et rejoignait la route, laquelle donnait accès à un chemin de ferme. Arrivé en vue de la maison, celui-ci agitait au bout de son bras le courrier. La fermière l’apercevait et venait gaiement à sa rencontre. Elle lui offrait quelquefois la «  goutte  ».

Le chemin de la ferme était assez long et pénible à parcourir. Bontoux imagina une boîte aux lettres rustique composée d’une large pierre plate posée sur de gros cailloux qui lui assuraient une stabilité horizontale et protégeaient les papiers du vent et de la pluie.

Cela déplut fortement au fermier qui, rencontrant le facteur dans les champs,...


… L'affichage complet sera en ligne 3 ans après la date de publication. Seuls les adhérents peuvent lire le texte complet dans notre revue Lou Trepoun qu'ils reçoivent par abonnement.
Cliquez ici pour adhérer et recevoir Lou Trepoun avec votre adhésion …
Vous pouvez rechercher dans notre cataloque si ce numéro est encore disponible.