logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Lou Trepoun 35
Un souvenir parmi tant d’autres
Article mis en ligne le 5 octobre 2013
dernière modification le 13 décembre 2014

par DELSART-MICHEL Paule

Il reste au fond de moi, un souvenir parmi tant d’autres, un souvenir de mes années d’écolière à Séderon :

Dans nos classes, derrière nos rangées de bureaux bien alignés, appuyée contre le mur se dressait une armoire bibliothèque. Sur les étagères, des livres, des unités de mesure, balance, poids, mètres, côtoyaient un bric-à-brac de fournitures scolaires, des petits trésors pour nos yeux ébahis, notre musée à nous, notre petit Sèvres en somme.

Dans une de ces armoires gisait le vestige d’une leçon de choses : un cocon accroché à un branchage.

Notre maître n’était plus là pour nous expliquer et nous raconter la merveilleuse histoire de ce si joli cocon qui enfermait un si vilain papillon, mais nos aînés se chargèrent de nous transmettre leur savoir à ce sujet, d’une façon peu magistrale certes mais suffisamment énigmatique pour nous donner l’envie d’en connaître davantage.

Il n’y a pas si longtemps, alors que je traversais la Turquie et que je m’approchais de Bursa, la capitale de la soie en ce pays, je revis dans ma pensée cette classe, cette armoire, ce cocon mystérieux qui m’inspirèrent ces lignes. Je les dois un peu à mon enfance Séderonnaise et je vous les livre.
voyage

© Essaillon

Extraits de mes notes de voyages :

...Une longue route nous amène dans la capitale de la soie.

Pendant des millénaires, la Chine s’enrichit en vendant à d’autres pays le merveilleux tissu. Un jour, cependant, deux moines
quittant l’Inde, transportèrent des oeufs de ver à soie dans leur
canne de bambou.
Ils les offrirent à l’empereur Justinien et enseignèrent à l’Europe
la manière de les élever.
La sériciculture s’installa sur tout le bassin méditerranéen,
inondant les marchés
de soies aux couleurs sublimes, douces ou vives, toutes suaves
et exquises, de soies dont se drapent les femmes aux yeux verts
et aux longs cils,

des soies qui dansent, qui glissent,
des soies qui se froncent et s’étalent, des soies qui habillent
et déshabillent, des soies sensuelles qui vous effleurent, vous enveloppent et vous caressent, des soies divines.

Lorsque j’étais petite fille, j’apprenais à l’école de mon village le
Bombyx du mûrier.
C’était un chapitre de leçon de choses et j’aimais cette discipline
parce qu’elle était vivante.
Ce n’était pas sans raison que nous apprenions, dans nos classes,
les métamorphoses du ver à soie. La vallée du Rhône et ses
abords immédiats étaient remplis de magnaneries, où se tissait la fortune de Lyon. Or, j’habitais dans un petit village du Sud-Est,
dans la Drôme Provençale, Séderon, où je naquis, à quelques encablures de la capitale de la vieille Gaule.

Le papillon du ver â soie est assez repoussant : Il est blanc. velu, est incapable de voler car il est trop lourd et ses ailes sont trop courtes.

Il possède des pièces buccales atrophiées qui ne lui permettent
pas de se nourrir. Sa vie est donc très courte et uniquement
consacrée à la reproduction.
Après la fécondation, la femelle pond, au mois de juin, environ
500 oeufs ou « graines » ; celles-ci entrent immédiatement en
diapause. Elles attendent le début du mois de mai de l’année
suivante pour éclore ; il
faut maintenir ces graines dans un lieu froid pour attendre

l’apparition des feuilles de mûrier,
car le Bombyx ne se nourrit que de cela.
Lorsque les mûriers se parent de leur feuillage, l’élevage peut commencer :
On met les graines de l’année précédente à une température de
22° et la petite larve sort de son oeuf qu’elle dévore, puis il faut lui offrir du hachis de feuilles de mûrier.
Elle dévore, dévore et son appétit insatiable engendre un développement spectaculaire. Tous les 4 ou 5 jours, le ver dort
une journée et change de peau.
Il va changer 5 fois de peau.
Après la dernière mue, les vers refusent toute nourriture,
il faut alors leur préparer un bois, composé de branchages secs, dressés verticalement. Les vers grimpent dans les branchages, choisissent
un emplacement et se mettent à tisser un cocon avec leurs
glandes â soie.

C’est un fil continu que le ver enroule et que l’homme va dérouler
et qui atteint environ 1500 m.
Lorsque la production des glandes s’est épuisée, le ver
s’engourdit et se métamorphose : il devient une chrysalide.
A cette étape là, l’homme intervient pour son industrie de
production de la soie.
Les cocons vont passer à l’étuve à 60° pour tuer la chrysalide
tandis que des machines dévident
l’écheveau de soie qui baigne dans de l’eau chaude. Le fil a une épaisseur de 20 microns, il faudra le commettre de la même
manière qu’un cordage pour lui donner un diamètre plus grand. Après, le fil sera lavé pour le rendre souple, et tissé pour faire
les merveilles que vous savez.

Je n’ai parlé que des tissus, mais nous avons visité un atelier de tapis fabriquant des tapis de soie qui sont des pures merveilles, qui représentent des mois d’un travail exécuté par une seule et même femme du début jusqu’à la fin, femme qui est, à la fois, tisseuse, noueuse et liseuse de dessin, une artiste méconnue.

Tout est beau dans cette histoire, même ce nom donné aux jeunes filles qui, autrefois, faisaient la « cueillette des cocons » :

« les magnanarelles » c’est un mot que j’affectionne. Chantant et plein d’élégance, il fait partie du vocabulaire de mon enfance, il vibre de soleil, de vie et de bonheur.

Et aujourd’hui, c’est la Turquie qui le murmure à mes oreilles…

Notes de voyage
« Turquie » juin 2001.
Paule MICHEL-DELSART
qrcode:https://essaillon-sederon.net/lou-trepoun/lou-trepoun-de-30-a-39/Lou-Trepoun-35-Dec-2003/Un-souvenir-parmi-tant-d-autres

Soutenir par un don