logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

L’agenda de l’année 1923 – Bernard MARCEL
Article mis en ligne le 1er juillet 2019
dernière modification le 21 juin 2019

par BERNARD Marcel
douzième partie – du 11 au 16 septembre

Mardi 11 septembre

Le matin : Je sème encore un k. de blé au même endroit qu’hier soir et je fais moudre 65 k. de blé pour Gay Aimé
Le soir : Nous ramassons 6 k. d’haricots avec M. Pous que j’y vend 1f.25 le kilog, mon plus beau chou vert 1f. pour 50 cent. de carottes, 2 betteraves de 25 cent. pièce. Je vend encore 3 k. de farine de blé à 17 sous le k. et 2 douzaines d’oeufs à 5 fs la douzaine à Monsieur Frégière
A la veillée : A Séderon pour aller voir Monsieur Ficot.
Recettes 22 fs

Mercredi 12 septembre

Le matin : Je balaye ma cuisine et je me prépare pour partir
Le soir : Je vais remettre ma clé à Pellat Emmanuel et à 2 heures je prend l’autobus du Buis (6fs). Nous arrivons à 4 h. et quart et j’en repart à 4h. 50. Je paye 11fs 80 cent. de chemin de fer en 1ère classe
Je soupe à Orange à l’Hôtel terminus qu’on me compte 9 fs
Je repars d’Orange par l’expresse de 20h.50m. et j’arrive à valence à 22h.30m. Je prend une chambre au café terminus en face de la gare 7fs
Le matin je reçois 5fs d’une do. d’oeufs
Recettes : 5 fs
Dépenses : 33 fs 80 c.

Le Lilet avait-il emporté dans son bagage plume, encrier et agenda ou a-t-il écrit à son retour ?

Dans le récit de sa journée du 12 septembre, il oublie la vente d’une douzaine d’oeufs !

Heureusement qu’il restait une petite ligne pour insérer la recette, mais c’est au prix d’une acrobatie inhabituelle : il doit utiliser une abréviation non conventionnelle, et c’est ainsi que la douzaine devient « do. »

Laquelle douzaine valait 5 francs. A comparer aux 7 francs du coût d’une chambre d’hôtel !

Jeudi 13 septembre

Le matin : Je me lève à 6 heures, je prend un café au lait (75 cent.) puis vers les 8 heures je vais au C.S.R. rue de la Dragonne pour passer ma visite
On me laisse au 65 p.% et l’expert en chef me remet temporaire au lieu de définitif
Je dine à l’Hôtel des Négociants qu’on me compte 9 fs
Le soir : A 2h. 20m je repart de Valence et je descend à Montélimar pour me faire photographier chez M. Lang j’y paye 8 fs pour 6 petites photos
J’achète une couverture piquée chez Noël Marcel 60 fs un broc et sceau 19 fs 56 c
Je soupe à l’Hôtel des Princes (7fs) et je viens coucher à Orange ou j’ai soupé hier soir
Recettes : 48 fs 75 cent
Dépenses : 107 fs 55 cent.

Voilà la boutique Lang à Montélimar, où le Lilet est allé se faire photographier.

Maison très renommée, peut-être victime d’une concurrence déloyale puisqu’elle prévient ses clients : « ne confondez pas, assurez vous avant d’entrer ».

La maison Lang revendiquant 57 ans d’existence depuis sa création par Louis Lang en 1869, la photo peut être datée de 1926.

La vitrine de la boutique doit correspondre à ce que le Lilet avait pu voir en 1923.

Vendredi 14 septembre

Le matin : Je me lève à 5 heures pour repartir d’Orange à 5 h. 45
Je paye ma chambre 6 fs et 50 cent d’un café
Au Buis, je prend l’auto et nous ne partons que vers les 9 heures ½ pour arriver ici à midi - Je paye de nouveau 6 fs d’autobus
Le soir : repos étant extrêmement fatigué de mon voyage
Dépenses : 12 fs 50 c

Les 600 000 invalides et les 300 000 autres mutilés français de la Guerre de 14, étaient soumis régulièrement à des visites médicales de contrôle.
Pour la seconde fois en cette année 1923, le premier voyage ayant eu lieu en janvier pour une visite au Sous- Centre d’Appareillage, le Lilet doit se déplacer à Valence. Cette fois il est convoqué par le C.S.R., écrit-il – sans doute un Centre Spécial de Rééducation, type d’établissement qui, entre autres, mettait au point les prothèses pour les blessés et amputés des membres.
Quel voyage ! il faut 8 heures et demi pour aller de Séderon à la Préfecture. Heureusement que les correspondances fonctionnent bien.

Samedi 15 septembre

Dans le cours de cette journée : je fais moudre une balle de 99k de maïs pour Adrien Gilly de Pelleret- Aumage

Dimanche 16 septembre

Le matin : Je fais moudre 80 kilos de blé pour Henri Déthés (dit Noël)
Le soir : je vais au plus haut moulin pour y porter 2 kilos de haricots verts et j’apporte 12 kilos de gros son dont j’y reste redevable
Adrien Gilly me paye la mouture de ses 99 k. de maïs que j’y ai fait moudre hier (5 fs)
Recettes : 5 fs

[Fin de la 12ème partie]

Soutenir par un don