logo site
L’Essaillon
« Entre la Tourre et lou Crapoun,
Ia moun païs, qu’ei Sederoun »
Alfred Bonnefoy-Debaïs

Etudier, préserver et faire connaître le Patrimoine Historique, Naturel et Culturel de Séderon et de sa Région

Lou Trepoun 21
Découverte d’un site archéologique à Séderon
Article mis en ligne le 28 septembre 2013
dernière modification le 13 décembre 2014

par BARRAS Anne-Marie

Le mercredi 14 août, un de nos adhérents, Monsieur Francis Egoroff, venait nous signaler la présence de nombreux morceaux de tuiles romaines (des tegulae) au niveau du chantier d’extraction des matériaux destinés au remblai du croisement [1], sur la route de Sisteron, à 200 mètres environ du pont sur la Méouge.

Le 15 août, nous sommes allés examiner les lieux. Nous avons immédiatement réalisé, vu les débris présents et la stratigraphie apparente, que dans ses opérations de coupe de la colline, la pelle mécanique avait mis à jour un site archéologique gallo-romain.

Restaient encore sur les lieux de nombreux morceaux et débris de poteries diverses et de lampes et un très grand nombre de tuiles cassées.

Le 16 août au matin, j’en informais téléphoniquement la D.R.A.C. (Direction Régionale des Affaires Culturelles) à Lyon et je confirmais par écrit cette découverte.

Le Maire de Séderon, le responsable de la D.D.E et le chef de chantier ont été aussi informés. Les travaux d’extraction étant terminés il n’y a pas eu à les arrêter !

Dès réception de mon courrier, la D.R.A.C. délégua une archéologue, Madame Michèle Bois, qui prit contact avec moi pour décider d’un rendez-vous sur le site.

Son examen des lieux, le mercredi 21, confirma la découverte tout en constatant qu’une grande partie du site avait été vraisemblablement emportée dans le remblai du croisement. La partie restante se révélait dangereuse à explorer, compte tenu de la présence d’une importante faille créée par les travaux et située au dessus de la coupe.

Ses instructions furent que notre Association :

  • surveille le site, en particulier en cas de nouveaux travaux ou d’éboulements,
  • y récolte et conserve tout ce qui pouvait l’être,
  • en fasse un compte rendu à la D.R.A.C.

De gros orages ayant « nettoyé » le site, une exploration attentive de la coupe et des déblais encore présents au sol nous ont permis de sauver d’autres éléments, dont 3 petites lampes entières découvertes par Jean-Claude Mattéucci et deux pièces de monnaies romaines en bon état de conservation trouvées par Henri Barras.

Monsieur Michel Dhénin [2], Conservateur au Cabinet des médailles, a pu expertiser ces pièces :

  • Un Sesterce de Marc Aurèle, Rome 170/171
  • Un as ou dupondius de Faustine II, Rome 161/176

Un dossier comportant des photos du site et des objets récoltés a été expédié à la D.R.A.C le 24 septembre 1996.

Nous vous tiendrons bien évidemment au courant des suites de cette découverte faite grâce à la perspicacité d’un de nos fidèles adhérents.

Vue du site au 15 août 96, actuellement en partie effondré
© Essaillon
Les trois petites lampes entières trouvées.
© Essaillon
Marc Aurèle Sesterce Rome 170/171
© Essaillon
Faustine II (épouse de Marc Aurèle) Rome 161/176
© Essaillon

Soutenir par un don